« Aujourd’hui, on a dans le piratage, et notamment avec le streaming, la création de véritables opérateurs brigands, de véritables organisations mafieuses internationales, pas forcément situées dans un pays, qui mélangent souvent l’abus sur les droits d’auteur, la pornographie et, souvent aussi, d’autres tactiques criminelles numériques »
Mounir MahjoubiSecrétaire d’État au Numérique
« Pour des enfants aussi jeunes, être confronté à des images très crues pourrait s’assimiler à de l’abus sexuel ou à de l’abus visuel sexuel. C’est quelque chose de très brutal, qui peut avoir de graves conséquences sur l’équilibre amoureux et sexuel à venir »
Brigitte LahaieActrice et animatrice radio
« Le porno est un produit de consommation de masse. Il est devenu une problématique citoyenne, absente du débat public »
David ReyniéAuteur de « Porno Addiction, nouvel enjeu de société »
« Pour que la protection des enfants soit efficace, il est souhaitable de mieux connaître leurs pratiques sur Internet et de mettre en place des travailleurs sociaux en ligne »
Yann Leroux Psychologue clinicien et psychanalyste
« La pornographie est une dimension normale de la sexualité, du moins quand elle n’interdit pas de vraies relations sexuelles. Mais l’irruption, via Internet, d’actes sexuels offerts à la vue de tous et, notamment des plus vulnérables, des enfants, est un véritable viol par l’image »
Marcel RufoPédopsychiatre
« Etre confronté à des images pornographiques avant que la sexualité soit présente psychiquement peut créer des troubles (anxiété, troubles du sommeil), sur le moment ou plus tard, car les enfants en ressentent de la culpabilité »
Marion Haza Psychologue clinicienne
« Jamais l’accès au porno n’aura été aussi facile : des millions de contenus sont à disposition de façon permanente, sans restriction d’âge, sans aucune forme de contrôle quant à la violence des contenus diffusés »
Ovidie Réalisatrice, productrice et journaliste
« Aujourd’hui, il est deux manières antagonistes de confronter les pré-adolescents qui se lancent à la découverte de la vie à la problématique sexuelle. L’une, la pornographie, est brutale, malveillante et, donc, non désirable. L’autre, l’éducation sexuelle, est mesurée, constructive et, donc, à privilégier. Le problème, c’est que la première, qui pullule de plus en plus sur le Web, est extrêmement facile d’accès pour l’enfant »
Véronique AgrapartSage-femme et spécialisée en sexologie
« Internet, qu’on présente comme un espace de partage des savoirs et de discussion, n’est en fait pour les adolescents qu’un immense « pornoland ». En ligne, les enfants sont constamment en contact avec des contenus sexuels ou pornographiques, qu’ils le souhaitent ou non. Ce contact répété avec la sexualité peut avoir des effets sur le développement des enfants »
Patricia GreenfieldPsychologue
« Le principe de base, c’est d’installer l’ordinateur familial dans un endroit passant de la maison. Installer un logiciel de contrôle parental. Surveiller l’historique des sites consultés. Sachant que la meilleure protection, c’est la parole ! »
Édith BerlizotConseillère conjugale et familiale
« Avec internet, il ne s’agit plus d’éviter les risques, mais de permettre au jeune de courir des risques, avec le maximum de précautions »
Serge TisseronPsychiatre et psychanalyste
« Les images pornographiques sont contraires aux valeurs d’égalité entre les sexes de notre société. Elles n’aident pas à mettre en œuvre des relations équilibrées entre hommes et femmes »
Sophie JehelMaître de conférences en sciences de l'information